Daily Archives: June 22, 2016

Proposition d’une nouvelle grille de classification des altérations dentaires

Mutilations soustractives

Les altérations dentaires volontaires, ou mutilations dentaires, sont un phénomène culturel toujours d’actualité qui intéresse depuis longtemps les anthropologues (Magitot, 1880). Depuis le XIXe siècle, des classifications ont été élaborées, basées sur des types morphologiques issus de zones géographiques ou de synthèses incomplètes [3, 4] (fig. 1).
Dans un souci de clarification et d’actualisation, l’objectif de notre travail est de proposer une classification morpho-descriptive et évolutive alliant précision et exhaustivité, dont la structure permet un référencement rapide par l’utilisateur.
Proposition d’une nouvelle grille de classification des altérations dentaires volontaires en anthropologie

1. Exemple de classification élaborée au début du XXe siècle [4].

Notre classification morpho-descriptive est fondée sur une répartition en types et sous-types, selon l’aspect de la dent après traitement mutilatoire. Leur désignation respecte ensuite un code alphanumérique à plusieurs étages :
1. Désignation de chaque famille, type ou sous-type par une unique lettre.
2. Chiffres réservés uniquement aux nombres.
3. Utilisation de parenthèses pour combiner des sous-types de même niveau en créant des bifurcations.

Description des altérations
Notre classification s’organise autour de cinq familles d’altérations.
1. Les coronoplasties désignent toute altération des tissus dentaires destinée
à modifier la forme de la couronne, sans la supprimer totalement.
2. Les améloplasties présentent une profondeur moindre, approximativement l’épaisseur de l’émail.
3. Les ornements désignent la mise en place sur la dent d’une pièce cosmétique.
4. Le laquage désigne l’application d’un enduit teintant recouvrant la totalité ou une …