Fonctionnement des caméras intra-buccales pour la détection des lésions carieuses

La fluorescence est une propriété que possèdent certains matériaux dentaire. Ils peuvent absorber la lumière (absorption de photons) et la réémettre sous forme d’un rayonnement de longueur d’onde plus grande. C’est la photoluminescence.

La longueur d’onde est la distance minimale qui sépare au même instant, dans la direction de propagation, deux points de l’espace où l’amplitude d’une onde sinusoïdale est maximale ou minimale.
On distingue la fluorescence, qui s’arrête dès que cesse l’illumination, de la phosphorescence, qui persiste après l’exposition.

Intra Oral Scanner

Principe de détection
Ce phénomène de fluorescence intervient au niveau de tous les matériaux naturels, y compris l’organe dentaire. La fluorescence lumineuse résulte de l’absorption d’une lumière de haute énergie pénétrant un objet et secondairement émise à plus basse énergie, au sein de sa structure. La dent présente alors une autofluoresence, ou fluorescence naturelle. Eclairée par une lumière UV, elle émet une faible fluorescence de couleur bleue.

Cette fluorescence lumineuse de la dent est attribuée plutôt à sa composante organique que minérale et peut résulter indirectement des protéines absorbées par l’émail (2, 3).
Une équipe de chercheurs a essayé de quantifier, au moyen d’un spectromètre de fluorescence automatique, la fluorescence émise par des tissus dentaires de minéralisation différente.

Légende des courbes :
1. DEJ (dentin-enamel jonction) d’une dent faiblement minéralisée.
2. DEJ d’une dent minéralisée.
3. Dentine faiblement minéralisée.
4. Dentine minéralisée.
5. Dent intacte (patient jeune)
6. Dent intacte (patient d’âge moyen)
7. Émail faiblement minéralisé.
8. Émail minéralisé.

Propriétés du spectre de fluorescence de la substance dentaire dure
Les résultats, représentés figure 2, montrent une différence significative de fluorescence émise,principalement pour une longueur d’onde de 400-450 nm, entre un tissu dentaire faiblement minéralisée (courbe 1) et fortement minéralisé (émail sain, courbe 8).
Cette étude a permis également de déterminer que, dans l’ensemble, l’activité de fluorescence des dents saines ne diffère pas de manière significative en fonction de l’âge du patient (courbes 5 et 6).

La fluorescence ne résulte pas uniquement des modifications morphologiques des tissus. Elle peut également être émise par des métabolites dérivés des bactéries présentes dans le tissu carié, telles les porphyrines agissant comme fluorophores lorsqu’elles sont excitées par une lumière intense de longueur d’onde spécifique (caméras intra orale).
Cette propriété de variabilité de fluorescence émise selon la quantité de minéralisation va pouvoir être utilisée par les caméras optiques pour la détection précoce de lésions carieuses.