Daily Archives: July 25, 2018

Articulateur dans la pratique dentaire

L’articulateur dentaire est l’un des outils les plus importants dans la pratique dentaire. Les modèles supérieur et inférieur peuvent être articulés pour reproduire la relation inter-maxillaire et le mouvement arqué inférieur par rapport à l’arcade supérieure. Nous utilisons l’articulateur: pour le diagnostic et le traitement

Et des méthodes techniques de construction de prothèses et autres appareils buccaux. (En tant que méthode de diagnostic: son but est de détecter les interférences d’occlusion, l’exposition prématurée “… en tant qu’instrument thérapeutique: elle peut limiter la fermeture et glisser sans interférence)

 

Déflnitions :

articulateurs dentaires, ou simulateur est un système mécanique qui permet de conserver de manière précise les relations intermaxillaires et de reproduire plus ou moins partiellement les déplacements mandibulaires lors des mouvements d’ouverture, de fermeture’ de propulsion et de latéralité.

« C’est un instrument de diagnostic et de traitement, destiné à transférer et à analyser au laboratoire, les relations statiques et dynamiques entre la mandibule et le maxillaire.

Les transferts ainsi obtenus doivent permettre indifféremment et successivement :

B- Une mise en évidence et une correction de toutes les dysharmonies occlusales entre les deux arcades naturelles. B- Un traitement orthodontique.

La conception et la réalisation d’un traitement préprothétique, prothétique et post prothétique d’une édentation partielle ou totale. » Lejoyeux

Notions fondamentales:

Lè’preïhier’îëmps du mouvement d’abaissement de la mandibule est caractérisé par un mouvement des condyles sur eux-mêmes (rotation pure) et autour d’une ligne imaginaire unique appelée axe charnière ou axe de rotation horizontal de la mandibule. Ce mouvement porte le nom de(Souvement~âiîârtermipâD

 

 

Déterminants postérieurs :

Ainsi sont désignés :

-La pente condylienne ou trajectoire condylienne : c’est le trajet parcouru par le condyle mandibulaire le long du condyle temporal lors d’un mouvement de propulsion. Celui-ci est guidé par un glissement des bords incisifs des dents inferieures sur les faces palatines des incisives supérieures et aboutit au bout à bout incisif, tandis qu’il se forme un espace au niveau molaires (phénomène de CHRISTENSEN) .le trajet condylien correspondant à ce mouvement de propulsion est en moyenne de 5 mm. Ce trajet se définit par rapport au plan de FRANFORT avec lequel il forme un angle moyen de 40°ou par rapport au plan de CAMPER avec lequel il forme un angle compris entre 20° et 35° : cet angle est l’angle condylien.