Quelle classification pour les dispositifs dentaire ?

Les dispositifs médicaux (DM) sont soumis à une réglementation stricte de la part de l’Union Européenne et ce, dans le but de garantir sécurité et qualité sur le marché européen.

Dentaltools.fr, par ailleurs, s’inscrit dans cette démarche à travers un processus stricte de vérification auprès de nos fournisseurs de la qualité des produits proposés, la certification CE est un impératif imposé à tous nos produits disponibles sur notre site internet.

L’UE, en complément du marquage CE, a établie une classification des différents DM et ce, en fonction de leur criticité.

Nous vous avons donc préparé un récapitulatif de cette classification que vous trouverez ci-dessous.

La classe I :
• Dispositifs non invasifs,
• Instruments chirurgicaux réutilisables,
• Dispositifs en contact avec une peau lésée utilisés comme barrière mécanique ou la compression ou pour l’absorption des exsudats…

Exemple :
Lèves personne, Seringues (sans aiguille), Scalpels, Électrodes pour ECG, Gants d’examen.

La classe IIa :
• Instruments de diagnostic,
• Dispositifs destinés à conduire ou stocker du sang, des fluides ou des tissus,
• Dispositifs invasifs de type chirurgical…

Exemple :
Tubes utilisés en anesthésie, Tubes de trachéotomie, Aiguilles pour seringue, Pansements hémostatiques, Tensiomètres, Thermomètres, les couronnes dentaires.

La classe IIb :
• Implants chirurgicaux long terme,
• Dispositifs contraceptifs et des dispositifs de protection vis-à-vis des MST,
• Dispositifs médicaux actifs destinés au contrôle ou au monitorage de l’administration dans le corps du patient d’un liquide biologique ou d’une substance potentiellement dangereuse.

Exemple :
Machines de dialyse, Couveuses pour nouveaux nés, Oxymètres, Respirateurs, Préservatifs masculins, Trocarts stériles, Moniteurs de signes vitaux, Implants dentaires, les sutures internes, les appareils de radiothérapie.

La classe III :
• Dispositifs en contact avec le système nerveux central, le coeur et le système sanguin,
• Dispositifs incorporant une substance qui lorsqu’elle est utilisée séparément est considérée comme médicamenteuse,
• Implants chirurgicaux long terme ou biodégradable,
• Dispositifs incorporant des produits d’origine animale.
Voici des exemples de dispositifs médicaux selon leurs classes :

Exemple :
Cathéters destinés au cœur, Spermicides, Neuro-endoscopes, Aiguilles trans-septales, Applicateurs d’agrafe chirurgicale, Pinces souples à biopsie, Pompes cardiaques, Prothèses articulaires de la hanche.

Nous espérons que cet article vous aura apporté des précisions quand à la vérification de la qualité d’un produit médical.

L’ORIGINE DE LA FISSURATION D’UNE DENT

Tout le monde peut, un jour, avoir une dent fissurée. Tous les jours, nos dents sont exposées à différentes formes d’agression : le froid, la chaleur, le sucre, l’acidité, etc. Elles sont constamment mises à l’épreuve sans que l’on en soit conscient. Les dents qui ont été restaurées par un « plombage » gris ou blanc sont plus fragiles que les dents saines et sont donc plus à risque de fissurer avec le temps et l’utilisation. Il existe des moyens pour prévenir la fissure de la dent, ou du moins, ralentir son apparition. C’est d’ailleurs la raison d’être de cet article.

 Directives concernant les greffes gingivales

L’ORIGINE DE LA FISSURATION D’UNE DENT
La dent s’abîme principalement sous deux effets :

L’invasion des bactéries (par manque de brossage par exemple)
La pression et le choc
Quand la dent est fragilisée, elle peut fissurer suite à une malposition pendant la mastication ou tout simplement, car elle est en surdemande versus sa capacité.
La fissuration d’une dent peut également être favorisée par certains facteurs :
Une malocclusion ou un encombrement dentaire
Un trauma dentaire (un accident ou un choc)
Une mauvaise hygiène de vie (mauvaise alimentation, manque de sommeil et stress)
Des antécédents médicaux ou un traitement médicamenteux intense
Le bruxisme (le fait de grincer les dents pendant le sommeil)
De vieux « plombages » ou restaurations volumineuses

Comment soulager une douleur après un plombage dentaire ?

En cas de carie, le dentiste effectue généralement un traitement d’obturation en enlevant la partie abîmée de la dent pour la combler avec un matériau spécifique : du plombage. Il est possible de ressentir quelques sensibilités après cette intervention, notamment pendant le brossage des dents ou lors de la consommation d’aliments trop chauds ou trop froids. Voici donc des conseils pour minimiser ces sensibilités.

Il existe 3 sortes de « plombages » :
L’amalgame (ou « plombage gris ») : composé d’un alliage de mercure (plus de 50 %), d’argent, de cuivre et d’étain, il était le plus utilisé autrefois. Il était apprécié pour sa solidité, son étanchéité, son faible coût et sa durabilité, mais est considéré comme peu esthétique et potentiellement toxique (du fait de la présence de mercure).
Le composite (ou « plombage blanc ») : il est constitué d’une résine imitant la couleur de l’émail. Il est donc plus esthétique et ne contient pas de mercure, mais peut facilement être taché par certaines substances (café, vin, tabac, etc.).
Les céramiques : esthétique, imitant l’émail par sa dureté et son esthétisme, il est le meilleur matériel pour remplacer une dent qui a été abîmée. Il est aussi plus dispendieux que les plombages réguliers.

Quel que soit le plombage ou remplissage que votre dentiste a appliqué à votre dent, des sensibilités peuvent apparaître après la pose.

DOULEUR POST-OPÉRATOIRE
Il arrive parfois d’avoir une légère douleur pendant les jours suivant la réparation d’une dent. En effet, durant l’intervention, vos dents, votre mâchoire et même vos gencives subissent un certain traumatisme et lorsque vos sensations reviennent après l’anesthésie, une sensibilité peut subsister.

Cette hypersensibilité n’est pas alarmante, et peut être soulagée par la prise d’analgésiques, par exemple de l’ibuprofène (Advil) ou de l’acétaminophène (Tylénol). Il n’est pas recommandé de prendre de l’aspirine qui éclaircira votre sang inutilement…

Attention, le clou de girofle est un antiseptique et anesthésiant puissant et sans une bonne utilisation, il peut plus nuire aux gencives que les aider. Les produits naturels ou les huiles essentielles, bien qu’en vente libre, ne sont pas à prendre à la légère, il s’agit de produits puissants qui peuvent altérer votre santé buccale, votre santé globale ou causer des interactions indésirables avec les médicaments que vous prenez peut-être déjà. Veuillez consulter un professionnel compétent et connaissant votre santé buccale avant d’en faire l’utilisation.